La formulation du Programme de Renforcement de la Formation Professionnelle (PRFP) s’est faite en deux temps :

D’abord en 2006, un comit ad hoc fut mis en place pour la rdaction de la premire version du document de projet. Cette version avait prvu la construction de quatre lyces professionnels, la rhabilitation des treize centres rgionaux de formation professionnelle et la mise en place du programme CAET/CAPET, programme de nationalisation de la formation des enseignants techniques. Elle visait aussi le financement d’ventuels projets rattachs au Secrtariat Permanent des Engagements Nationaux. La construction et l’quipement d’un lyce professionnel y taient estims 2,8 milliards FCFA et ceux d’un centre rgional 1,5 milliard FCFA. Ce document de projet faisait une bonne estimation des cots mais n’tait pas cohrent avec les ressources financires disponibles : celles-ci ne couvraient pas les besoins.

Ensuite en 2007, la partie tawanaise proposa une version finale qui intgre la construction de deux nouveaux centres : le centre de formation professionnelle de rfrence de Ziniar et celui de formation professionnelle industrielle de Bobo-Dioulasso. La partie tawanaise y mis l’accent sur une formation professionnelle qualifiante sense avoir plus d’impact sur les ressources humaines et l’emploi. Le cot de construction et d’quipement d’un lyce professionnel y avait t rduit de 34% pour passer 1,8 milliard FCFA et celui d’un centre rgional de 58% passant 0,6 milliard FCFA en moyenne. Ces rductions de cots avaient t opres au profit de la construction des deux nouveaux grands centres de formation professionnelle Ziniar et Bobo-Dioulasso. Ce cadrage des cots, non justifi pralablement par des tudes techniques, laissait entrevoir que le PRFP connatrait des difficults de dpassements budgtaires durant son excution. Cette difficult congnitale du PRFP n’a pas permis de prendre en considration le financement des projets lis aux Engagements Nationaux.

La version dfinitive du document de projet du PRFP ne met pas explicitement l’accent sur la formation initiale des formateurs. Elle n’a pas budgtis les besoins en formateurs dont l’insuffisance a cependant t souligne, avec force, dans la premire version.
C’est au regard des faiblesses de la formulation du PRFP, que sa contrepartie nationale, dtermine aprs la nomination du Coordonnateur et la mise en place des organes de gestion du programme, va essayer de combler la seconde insuffisance du document de projet, tout en respectant les obligations de la partie burkinab, consignes dans l’Accord de subvention N36/2007/REP.CH-BF/PRFP. Elle va consacrer plus du tiers de son montant la formation initiale des formateurs et prvoir autant de ressources pour la viabilisation des sites destins recevoir les constructions et les rhabilitations prvues par le programme. En ce qui concerne la premire insuffisance, celle lie la sous-estimation des budgets des infrastructures, la partie taiwanaise s’tait engage ds fin 2007, ajouter des ressources additionnelles.

images