Ce produit ralis en 2009 a t marqu par l’installation de trois filires industrielles ayant conduit des amnagements et des constructions d’ateliers, puis par la formation des lves professeurs au CAET/CAPET.

Le financement de la subvention tawanaise

Le financement de la subvention tawanaise, d’un montant d’un million six cent mille (1 600 000) euros soit prs 1 milliard 50 millions FCFA, a permis l’achat, le transport et l’installation des quipements l’Universit de Koudougou. Ces quipements sont destins trois ateliers : un de gnie civil avec les options construction et menuiserie bois, un de mcanique auto (options cyclo et auto) et un de gnie lectrique avec les options suivantes : lectricit btiment, lectronique, lectrotechnique, froid et climatisation et informatique.

Le financement sur contrepartie nationale

Pour la mise en uvre du projet CAET/CAPET, l’Etat Burkinab a procd des amnagements et des constructions d’ateliers. Il a ainsi :

  • amnag en 2009, un btiment construit par l’Union Europenne pour la production de matriels didactiques. A cet effet, les quipements de l’Union europenne ont t transfrs dans un autre local ; l’amnagement du btiment de prs de 1350 m2, et son extension sur une surface de 256 m2 ont permis d’y installer plusieurs ateliers ;
  • construit en 2009 un btiment d’une surface de 360 m2 pour abriter l’atelier de gnie civil option construction ;
  • aliment les ateliers en 2009, en lectricit (haute et basse tensions) faisant passer leur capacit lectrique de 250 KVA 650 KVA ;
  • construit en 2012, un btiment d’une surface de plus de 700 m2 pour un atelier de gnie mcanique dont les quipements devaient tre acquis par un partenaire financier autre que Tawan. L’universit s’tait engage rechercher le financement de ces quipements pdagogiques.

Pour la ralisation des infrastructures de ce premier produit, le budget de l’Etat a contribu pour un montant global de 387 millions FCFA consacrs aux amnagements et extensions d’ateliers. Ainsi la contrepartie a contribu aux investissements hors viabilisation pour un montant d’environ 280 millions FCFA.

L’apprciation du premier produit du PRFP

Les effets directs de ce premier produit du PRFP sont les suivants :

  • Il a permis la nationalisation de la formation des enseignants techniques au profit du dispositif de l’enseignement et de la formation techniques et professionnels. Le Burkina qui envoyait auparavant former ses enseignants techniques l’extrieur, acquiert des capacits nouvelles qui confrent l’Universit de Koudougou des opportunits pour la formation des cadres techniques burkinab, voire ceux des pays voisins. C’est surtout pour accompagner l’Universit de Koudougou mieux assumer ses nouvelles responsabilits que le PRFP s’est engag dans la formation des trois PhD. Il a t suggr un partenariat entre l’Universit de Chung Hsing et celle de Koudougou qui n’a pas pu tre dvelopp.
  • Il a cr les conditions pour former 304 enseignants techniques dont 13 CAPET et 291 CAET l’ENS/UK au profit de l’EFTP.
  • Il permet l’Institut universitaire de technologie de l’UK de profiter de la mutualisation des quipements des ateliers de l’ENS/UK. Il offre aussi l’Universit de Koudougou, surtout aprs le dcongestionnement des effectifs suscits par la mise en uvre du PRFP, des opportunits pour des activits de production et de laboratoire, gnratrices de revenus.

Russir une meilleure gestion des filires industrielles ainsi installes par le PRFP, et faire en sorte que les formations des enseignants certifis de l’EFTP sur place au Burkina soient performantes, restent un enjeu important pour l’Universit de Koudougou, notamment pour l’Ecole Normale Suprieure (ENS).

images